Dégustation de Rhums de la Réunion

Petit détour par l’île de Réunion pour découvrir son relief, ses saveurs, ses odeurs fleuries, la culture Créole et le Rhum ! En venant de l’univers des vins de Bordeaux, il est assez aisé de comprendre la visite des distilleries, en revanche on apprend beaucoup sur la culture de la canne à sucre.

Canne à sucre de la Réunion

Même si l’île a le souci de se diversifier pour devenir plus autosuffisante, 57% de la SAU (soit environ 43300ha) de l’île est occupée par la canne, ce n’est donc pas étonnant d’en trouver partout le long des chemins, dans l’est plus particulièrement, le sucre est d’ailleurs le produit le plus exporté de ce département d’outremer. La canne est une graminée tropicale géante, vivace et gorgée de sucre, avec un enracinement dense et profond qui permet de lutter contre l’érosion liée aux cyclones. Elle a pour particularité d’être une grande consommatrice de CO2, comme le maïs et le sorgho. La récolte se fait à  la main, on coupe à  l’aide d’une machette en prenant soin de bien se protéger car les feuilles sont coupantes. Passées 6 à 8 récoltes, les touffes de canne sont arrachées, et on replante par bouturage. Les résidus ligneux de la canne après l’extraction du sucre (la bagasse), viennent alimenter les 2 centrales thermiques de l’île qui produisent de l’électricité. Elle a plutôt pas mal de qualités cette plante !

image champ de canne à sucre

Distilleries de l’île

Le Rhum traditionnel Réunionnais

Il n’existe plus que 3 distilleries aujourd’hui, celle de Savanna, de la Rivière du Mât et d’Isautier. Elles s’approvisionnent auprès des 2 coopérative sucrières de l’île, l’usine de Gol à Saint-Louis et celle de Bois Rouge à Saint-André. Les Rhums produits à  La Réunion sont « traditionnels » comme on dit là-bas,  c’est à dire que contrairement aux Rhums agricoles, on ne les confectionne pas avec le jus de canne, mais avec les résidus de cristallisation appelés mélasse. Pourquoi? Parce que l’île a donné la priorité à la production du sucre, c’est un choix économique, le Rhum arrive en 2ème rideau.

Procédé d’élaboration

La mélasse étendue d’eau, après préparation des levures, est mise en cuve pour fermentation, les cuves sont en inox, on peut les thermo-réguler. Après transformation de l’intégralité du sucre en alcool, le produit obtenu est appelé vin de canne, il titre entre 8° et 10° d’alcool et va partir dans une colonne de distillation. L’alcool blanc produit sera mis en tonneaux de chêne pour un vieillissement plus ou moins long selon la qualité que l’on veut obtenir, ou utilisé en l’état, blanc, pour la fabrication des fameux rhums arrangés Réunionnais.

Rhums & « canard la vanille » chez Mme Annibal

image de bocaux de rhum arrangés
crédit photo : Le Bon Rhum

La ferme auberge d’Eva Annibal à Bras Panon est un endroit à ne pas rater,  à mesure que les clients arrivent, on s’installe à table les uns à la suite des autres, comme à la maison. On s’y sent d’ailleurs comme chez soi. Ici on déguste les produits de la ferme finement cuisinés, à l’ancienne, la spécialité semble être « le canard la vanille ». Avant de débuter le repas, une dégustation de rhums arrangés maison nous est offerte, les bouteilles sont sur la table, il n’y a qu’à se servir, chacun à son rythme ! Coco, banane, passion, litchi, ananas, papaye, mangue … mais aussi géranium, combava, tamarin… Ils sont faits maison et c’est vraiment un délice, il faut juste choisir qui sera la chauffeur pour le retour !

Vous aimerez lire aussi :

Découvrir la Route des Vins de Bordeaux à vélo

Activités & vins de Bordeaux en Teambuilding

Enterrez votre vie de célibataire à Bordeaux !

Laisser un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *