2018, coulure & millerandage à Bordeaux.

image de grappe millerandée

Le 21 juin 2018, premier jour de l’été, les températures ont décidé de se mettre au diapason avec la saison ! C’est pas mal pour les voyageurs qui souhaitent découvrir la Route des Vins de Bordeaux à vélo ! Avant ça, un long épisode pluvieux et parfois pas très chaud a accompagné la vigne du débourrement à la fermeture de la grappe, faisant son petit quota de dégâts, comme si la grêle ne suffisait pas !

La floraison de la vigne

Floraison …

En avril quand la vigne débourre les jeunes poussent se développent beaucoup jusqu’au moment où la fécondation s’opère et les pépins se forment, à partir de ce moment là, les fruits deviennent la préoccupation. La floraison est le moment de l’épanouissement de la fleur, une température extérieure comprise entre 15 et 25 degré et un taux d’humidité bas permettent son bon déroulement. Se promener dans les vignes pendant la floraison est un plaisir, les odeurs dégagées par ces fleurs sont délicates et délicieuses.

Floraison du cabernet sauvignonEnsuite les étamines laissent échapper le pollen et la vigne va s’autoféconder puisqu’elle possède étamines & pistil et former le pépin au centre du grain de raisin. C’est le fruit. Une grappe de raisin est une jolie une corbeille de fruits.

Et fécondation

Les conditions de température de la fécondation sont également très importantes. Il faut une température élevée entre 20 et 25° idéalement et une certaine humidité afin de favoriser la germination du pollen et même un peu de vent pour véhiculer le pollen. Mais pas de pluies qui lavent les fleurs et entrainent avec elles une grande partie du pollen, ni un abaissement des températures ! Cette fin de printemps ne nous a pas gâtés au niveau de la météo, on peut dire que la floraison ne s’est pas passée dans des conditions idéales et qu’elles ont généré 2 types de problème, la coulure et le millerandage.

Coulure

Quand le pollen est entrainé par la pluie et qu’il n’a pas la possibilité de féconder toutes les fleurs, certaines avortent, se dessèchent et tombent sans avoir noué le grain de raisin, nous voilà en présence de coulure. Les grappes ont moins de grains et sont de ce fait plus lâches, ces jours-ci en regardant les grappes de Cabernet Sauvignon je les trouves ressemblantes à celles du Merlot, voilà le résultat des pluies interminables de mai & juin !

image de grappe de raisin avec coulure

Millerandage

Il se produit un peu dans les mêmes conditions, ce sont des grains qui restent petits car ils ont été partiellement fécondés seulement et donnent des grappes avec des grains de tailles inégales. Esthétiquement c’est joli, qualitativement c’est nettement moins bien, et la perte de récolte avec ces 2 phénomènes n’est pas négligeable …

Et le mildiou pendant ce temps ?

Pour lui en revanche conditions idéales de développement depuis le débourrement !

photo d'une feuille de vigne contaminée par le mildiouLes fortes chaleurs de ces jours viennent apaiser les esprits et les contaminations mais les dégâts sont parfois au RDV. Espérons que la météo difficile est derrière nous et que le millésime 2018 va pouvoir commencer à jouer une jolie carte !

 

 

 

Vous aimerez lire aussi :

Travaux de saison dans les vignes

Une BD sympa sur le vin pendant les vacances !

Cours d’œnologie & dégustations au Château Bardins

Laisser un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *